Sustainable tourism is their business

Henri Dauga et Benjamin Souviraa. © Photo J.-F. L.
Article extrait du journal SUD OUEST/Publié le 27/05/2017 par Jean-Francois Lafitte

Engagé depuis plusieurs années pour la préservation des espaces naturels, Henri dauga poursuit son combat et lutte avec acharnement pour la protection de l’environnement, nottamment celle du camping Blue Océan dont il est le propriétaire.
Cet engagement a été primé d’un écolabel européen en 2009, seul label écologique officiel européen utilisable dans tous les pays membres de l’Union européenne.

Cette distinction apporte des garanties réelles de réduction de l’impact environnemental de l’établissement sur l’ensemble de la structure touristique : le linge, le nettoyage des locaux, la restauration, la maintenance, la piscine, les espaces verts, etc.

Le camping ondrais a même été sélectionné par la commission européenne, afin de représenter les établissements touristiques écolabellisés de l’Union, lors de la « High Level Conference on sustainable tourism » ( conférence de haut niveau sur le tourisme durable), organisée à La Valette, le 8 mai, à l’occasion de l’anniversaire des 25 ans de l’écolabel (lire ci-contre).

Le poids de trois Airbus

Le directeur, Benjamin Souviraa, revient tout juste de Malte et résume son intervention en trois chiffres : en huit ans, la limitation de la production des déchets a permis d’économiser le poids de trois Airbus A320. De leurs côtés, les économies d’eau faites par l’adjonction de simples mousseurs sur chaque robinet représentent l’équivalent de 540 camions-citernes. Enfin, côté électricité, l’utilisation de sources d’énergie renouvelables et de substances moins nocives pour l’environnement (au moins 50 % de l’énergie doit provenir d’une source renouvelable) permettent de s’octroyer la gratuité d’une année sur huit.

« L’enjeu est important pour nous, mais il est colossal au niveau de la planète », poursuit Benjamin Souviraa.

Au 1er janvier dernier, seuls 78 campings français (dont six landais) étaient titulaires de l’Ecolabel Européen. Les touristes y sont de plus en plus sensibles. Trier les déchets, économiser l’eau et l’énergie comme chez soi, respecter les règles affichées dans les espaces naturels, afin de préserver l’équilibre des lieux sont les principales clés qu’entendent partager les deux Ondrais avec leurs clients.

Consulter l’article sur le site du Journal SUD OUEST